Un pour tous, tous Pourim

Les célébrations ce succèdent!

Aprés Ostara ou nous fêtons la Déesse Eostre, découvrez la fête juive de Pourim, ou nous fêtons l'audace et la ruse de la Reine Esther!


Voici un petit historique de la fête.


La fête de Pourim commémore les événements décrits dans le Livre d’Esther

Selon ce récit, le roi Assuérus prend pour femme Esther bat Avihaïl, une belle jeune femme qui tient secrètes ses origines judéennes sur les conseils de son oncle (cousin) Mardochée.


La Reine Esther

Peu après, Haman, monte en faveur auprès du roi. Outré par le fait que Mardochée ne s'incline pas devant lui alors que le protocole établi par le roi l'y oblige, il fait publier au nom du souverain et avec son accord un décret d'extermination de tous les Juifs vivant dans les 127 provinces de l'empire. La date d’application du décret est fixée au 13e jour du douzième mois, c’est-à-dire le mois d’adar6 par tirage au sort (hébreu : פור pour, cf. l'akkadien pûrû), d’où vient l’origine du mot « Pourim ».  En effet, Pourim est aussi connu sous le nom « la fête des Sorts ».


Sur l'insistance de Mardochée, Esther vient trouver le roi au péril de sa vie. Elle l'invite à un festin avec Haman sans dévoiler ses motifs et elle les convie à un festin. Troublé, Assuérus se fait lire les annales royales pour occuper ses insomnies et prend connaissance de sa dette envers Mardochée. Il le récompense par des honneurs devant un Haman dépité. Lors du festin, Esther dévoile son identité juive et le complot qui vise les siens. Haman est pendu à la potence même qu'il réservait à Mardoché et les Juifs sont autorisés à se défendre contre leurs assaillants. Après un jour de batailles, les Juifs célèbrent dans l'allégresse ces retournements du sort et une fête est instituée pour les générations à venir.


Il est d'usage lors de cette fête de manger des "oreilles" de (H)Aman (sorte de petits gâteaux fourrés à la confitures), d'offrir des petits cadeaux ou à manger à ses voisin-e-s/ami-e-s, et de boire jusqu'à confondre les prénoms de Mardochée et d'Assuérus...

On peut aussi se déguiser et jouer de la crécerelle...

ça ressemblerait pas un chouïa à Carnaval ou Mardi Gras?


Moi je dis, une fête comme ça, ça parle à mes racines!

Oreilles d'Aman

Une fois de plus, je constate que quelque soit le nom qu'on leurs donne, et quelques soient les origines, les fêtes se ressemble et ont lieux aux mêmex moments symboliques de l'année!


Alors fais péter le breuvage et les oreilles d'Aman!


Un pour tous et tous Pourim!


© 2019 Chloé Biessy 

  • Black Facebook Icon

Les mains sales et les pieds nus | contact | Meyrin