Lughnasadh-Soleil patriotique


Lugh


Notre fête nationale tombe le 1 août, date à laquelle nos ancêtres fêtaient "Lughnasadh", une des principales fêtes agricoles celtes.


Ces deux fêtes véhiculent les mêmes valeurs et symboles; le Soleil (qui décline progressivement), les premières récoltes de blé et de fruits (le pain est à l'honneur), les feux à la tombée de la nuit, les pactes et les coopérations de toutes sortes.


En résumé:


La Suisse à été "co-crée" suite à un pacte entre trois gnolguis, représentants des cantons primitifs d'Uri, Swytz et Unterwald. Ce pacte réunificateur d'une Suisse sous domination du Saint Empire romain-germanique, aurait été conclu sur la plaine du Grütli en 1291 au mois d'août. Ce n'est qu'en 1891, à l'occasion du 600ème anniversaire de la confédération que la date du premier août aurait été célébrée comme fête nationale pour la première fois. Bon, en vrai de vrai, les textes établissant l'indépendance de la suisse datent de 1499, mais c'est l'acte symbolique et mythique qui a été retenu comme première émancipation.


Les trois gnolguis du Grütli

Autrefois, dans les campagnes, la fête du Dieu celte Lugh se célébrait autours du 1 aout et des premières récoltes de l'année. Ses attributs sont la lance, le sanglier (symbole de commandement), la justice et les arts. Il présidait notamment aux unions et pactes entre clans ou tribus.


Pour en revenir aux traditions festives à retenir de ces deux fêtes; on fera du pain et on se baladera en ville à la nuit tombée avec des petits lampions à la main, symbolisant le Père Soleil, rayonnant, mais sur le déclin.


Cette année les filles seront en Ardèche avec leur mamie pour le premier août. Nous avons donc préparé une série de petites lanternes pour elles et les cousins, afin de "propager" cette jolie tradition en terre gauloise!


Pour les réaliser; rien de plus simple. On choisira des chutes de papier de soie (même fripées, même tachées). On les appliquera en plusieurs couches sur la surface d'un demi-ballon de baudruche gonflé. On décorera de symboles astrologiques (et de paillettes!) et on laissera sécher.


Il n'y aura plus qu'à attacher quelques ficelles pour suspendre la lanterne à un bâton, et à y glisser de préférence une "fausse" bougie. Oui, c'est moins écolo mais ça aura l'avantage de ne cramer 1) ni les doigts de vos miochons 2) ni la lanterne en papier 3) ni de se répendre en cire chaude...

Si vous choisissez l'option "vraies bougies", je vous conseille vivement de réaliser vos lampions avec des bocaux en verre que vous décorez et suspendrez de la même façon.


Alors, à votre colle d'amidon et à vos petits papiers!


Souvenir d'enfance!



© 2019 Chloé Biessy 

  • Black Facebook Icon

Les mains sales et les pieds nus | contact | Meyrin