Le Pouvoir du Journal créatif



Tenir un journal peut s'avérer terriblement thérapeutique.

Souvenez vous de la petite fille (ou du petit garçon) que vous étiez; qui couchait frénétiquement sur les pages blanches, vos rêves, vos réflexions, vos secrets dans ce petit carnet fermé par un joli cadenas qui s'avérait tout aussi important que son contenu.


Si je parle de ce souvenir c'est pour nous rappeler la candeur, la naïveté, la fraîcheur de l'expression de soi...avec ses fautes d'orthographes, ses ratures, ses élans d'émotions, qu'on a parfois du mal à reconnecter une fois adulte. Souvent, en prenant de l'âge nous avons moins de patience et de tendresse envers nos fêlures. Nous devons être efficaces, précis, concis, nous nous attendons à une perfection artistico-littéraire, alors qu'en réalité là n'est pas le but. Bien au contraire, cela nous freine avec de sournoises injonctions du genre "C'est moche" ou pire "C'est pas aussi joli que ce que fait untel-le", "argh c'est mal écris", "oups, j'ai fait une tache", "Pfff, ça sert à rien!"...je ne pense pas que l'enfant que vous étiez ne se préoccupait vraiment de cela, non?


Le "journaling", la pratique du journal créatif, d'un bullet journal* ou tout autre supports/ médias du même acabit sert à une foultitude d'expression; pour tenir les comptes et actions au jardin (spécialement en permaculture ou toutes autres formes de cultures en rotation sur une même parcelle), pour nos projets, pour nos rêves (ceux qu'on fait la nuit, ceux qui nous maintiennent dans un but), pour nos cycles (menstruels et/ou lunaires), pour nos voyages et événements importants (mariage, anniversaire...), pour laisser une trace (j'ai même vu qu'une jeune femme, diagnostiquée alzeimer précoce, l'utilisait autant pour se souvenir de ces actes que pour laisser une trace d'elle-même à son jeune fils pour quand la maladie serait trop avancée), pour passer le temps ou créer spontanément, pour collecter le Beau (ce qui ravit notre cœur, nos yeux et notre âme dans les moments les plus dark), pour réaliser nos vœux ou comme support à nos visions board (par ex à chaque Pleine Lune ou Nouvelle Lune), pour notre bien-être, pour méditer et prendre du recul, pour exprimer notre gratitude...


Nous pouvons dessiner, peindre, écrire, coller des images, des phrases, des mots, collecter des recettes, des exercices, des pensées...

Peut-importe que ce soit tous les jours ou une fois de temps en temps, l'important est que ce soit régulier. Parfois ce sera quotidien, parfois ce sera lors d'événements particuliers, parfois ce sera spontané, parfois cela prendre la forme d'un poème ou d'un tableau composé et pensé mûrement...


Laissez de côté vos jugements sur vous-même; personne n'est vraiment sensé lire ce journal (à moins que ce ne soit dans un but précis, mais quand bien même, j'aime imaginer que les écris seront découverts et non forcément "légués").Let it Flow!

Voici un site qui propose quelques pistes pour commencer son journal artistique : https://www.jijihook.fr/12-conseils-commencer-art-journal/



Au prochain cercle de femmes de Satyam (le 21 janvier de 20h à 21h30), je vous proposerai de customiser votre journal de bord 2020, qui vous accompagnera tout au long de l'année avec les médias et l'expression que vous aurez choisi pour le remplir!

infos cercle de femmes à Satyam et prochaines dates: https://www.satyam.yoga/agenda/2018/11/6/cerlce-de-femmes-une-fois-par-mois


En route pour 2020!J'ai presque hâte d'être à la fin de l'année et de relire le tout ;-) !



*Bien évidement tous ces types de journaux ont des fonctions légèrement différentes, mais toutes font appel à notre sens du Beau et de la Créativité (mentale, artistique, manuelle).

© 2019 Chloé Biessy 

  • Black Facebook Icon

Les mains sales et les pieds nus | contact | Meyrin